Liberté

« Avec le monde a commencé une guerre qui doit finir avec le monde et pas avant : celle de l’Homme contre la nature, de l’esprit contre la matière, de la liberté contre la fatalité. L’Histoire n’est pas autre chose que cette interminable lutte. » [1]

La liberté ! Elisabeth Laurent-Daull remarque: « Comment, à l’aube du XXIe siècle, en sommes-nous toujours à nous poser la question de la liberté, une question que se posaient déjà les plus grands penseurs de l’Antiquité ? L’affaire ne devrait-elle pas être depuis longtemps réglée ? » [2]

Réglons donc cette affaire de liberté une fois pour toute. La liberté est une obligation. Dignité, morale, courage, humanisme quel que soit le sujet, il impose de postuler la liberté. Il « faut » que l’homme soit libre. [3]

Cela ne signifie pas qu’on soit libre. Il y a nos limites biologiques, psychologiques… notre irrationalité, nos peurs… (Pascal estimait que notre vie se déroulait dans une prison [4] )

Mais l’important n’est pas d’être ou ne pas être (Ce n’est pas la question !), l’important c’est de devenir, de lutter pour devenir libre (s’évader ou, au moins, pousser les murs de la prison). L’important c’est la guerre ! Pas celle de Nietzsche [5] , celle dont parle Michelet.

“Born to Be Alive” chante Patrick Hernandez en 1979. “Born to Be Free” pourrait-on objecter.

Nous sommes des soldats et notre unique combat doit être celui de la liberté.

[1] Jules Michelet, Introduction à l’histoire universelle : Discours d’ouverture prononcé à la faculté des lettres, le 9 janvier 1834

[2] Elisabeth Laurent-Daull, Sommes-nous vraiment libres ? Milan

[3] Montaigne, non?

[4] D’après J. Attali

[5] Pour Nietzsche (1844-1900), la guerre est nécessaire et indissociable de la civilisation. Quel con ! Le XXème siècle européen avec ses guerres atroces et la magnifique construction européenne lui donne tort. Point.

Old Dark Room